Lune, luna, luxna, lux, lumière
La lune éclaire les hommes, 
les chambres des enfants,
les bêtes.
Et au rayon lune,
il y a des soupirs, des murmures,
quelques mots, des silhouettes
des histoires du soir et des livres
que les parents, les maîtresses
referment doucement.

Les petits aiment bien la lune. Elle apaise, éclaire les peurs. Elle laisse du temps aux choses de la vie pour s'installer en nous. Un peu comme une maîtresse d'école. Alors, quand Elzbieta la place au coeur d'un album où les questions des animaux montent à l'heure crépusculaire où la lune est encore assez basse pour leur répondre, cela donne "L'école du soir", un album publié en août 2010 aux éditions du Rouergue.

Ecole_du_soirGRAND

Nous, en bas, on regarde, on soupire
et on lit Elzbieta.

Ce soir, la lune regarde les animaux venir un à un vers elle.
A l'école du soir, la lune répond à leurs questions. 
Et ce soir -là, le sujet est grave :
qu'est-ce qu'un bébé ?
Peut-il être un ami ? Est-il sauvage ? Porte-t-il une couche ? Comment faire pour le voir en vrai ? Est-il gentil ? Pourquoi me court-il après, demande l'oiseau ?... Autant de questions qui renvoient à la nature et aux préoccupations de chacun. La lune encourage ces variations sur les bébés et, finement, donne des réponses simples et douces. Ces animaux ont grandi, ils ont oublié leur propre petite enfance. Un bébé n'est pas un enfant. Tranquillement, l'auteur emmène le petit lecteur vers la nuit, au fil d'une histoire poétique et tendrement Mise en scène à l'aide de décors en bois et de personnages modelés en argile. Petites figurines aux formes douces et craies de couleurs pour des dégradés entre coucher de soleil et crépuscule.
Le tout est particulièrement bien photographié par Vincent Tessier et le bébé extrêmement bien réussi.

Alors, après l'éléphant, l'autruche, le papillon de nuit, le lapin, le cochon, l'oiseau, le lion, et quelques autres, il faut bien dormir. Et la lune, avec fermeté, va rappeler qu'il est plus que l'heure, et, par une pirouette, que la nuit, les bébés dorment.

IMG_6148 IMG_6146 IMG_6145

IMG_6143

« Chacun de mes albums illustrés est un petit théâtre. C’est comme cela que je conçois mes livres. Je suis le metteur en scène de mes histoires, l’architecte de mes théâtres, l’auteur et le décorateur de mes pièces. Le public que j’invite, celui auquel je m’adresse, ce sont les enfants. Depuis mon atelier, les coulisses où je suis à l’œuvre, j’aime les imagiers absorbés dans ce que j’ai concocté à leur intention. » (Elzbieta)

Source : Le Rouergue 

Elzbieta est née en Pologne de père polonais et de mère française. Durant son enfance, elle a beaucoup voyagé à travers les cultures et les pays d’Europe. Aujourd’hui, elle vit à Paris et séjourne régulièrement au Maroc. Aussi ses albums (une cinquantaine) frappent-ils par la richesse de leur imaginaire et la diversité des styles narratifs et plastiques qu’elle adopte tour à tour.

De Petit Mops, son premier album, sans texte et dont le trait noir suffit à tracer des histoires pleines de poésie et d’émotion, à Oui, où les papiers découpés aux couleurs vives cohabitent avec une multitude de personnages peints et une pagaille de textes écrits tout petit, c’est l’univers d’Elzbieta qui se déploie. Aussi surprenant et changeant à chaque fois, et toujours au plus près de l’enfance. Car chaque livre est l’occasion de se pencher, avec les enfants, sur les mystères de ce monde. 

2483614439

" L'enfant et l'artiste habitent le même pays. C'est une contrée sans frontières. Un lieu de transformations et de métamorphoses ".

Celui que s'est choisi Elzbieta :

« Tous les jours, longtemps-longtemps après le matin, vient le soir. Alors, Nours appelle son Boubou… ». Et tous les soirs, Boubou montre la lune en faisant « Là ! ».

Et des histoires de lune, maternante, bienveillante, complice, rassurante... il suffit de se pencher sur nos bibliothèques pour les remettre à jour.
En voici quelques unes

 

75703def694c37ee34a0e7c2af480d98-300x300IMG_6137 

IMG_6139 IMG_6138

Réverbère de nos nuits, la lune aimante nos angoisses et nos grandes questions, dans tous ces albums. Elle les reflète sans nous éblouir comme le soleil. Il faut lire des histoires de lune aux petits. Celles qui brassent les mythologies et les croyances folkloriques, celles qui bousculent les imaginaires au-delà des marées , des vents et des femmes. il faut mettre le doigt sur les lunes de Ponti, de Sendack, de Pommaux, de Solotareff et des autres. Que nous disent-elles ?

P1020373

La librairie TSCHANN d'Agen a eu bien de la chance cette année.
Elzbieta a décoré sa vitrine de ses petits personnages d'argile,
couchés dans des couvercles de boîtes à chaussures. 

P1020371

Belle nuit

IMG_6151